Printemps de l'art contemporain

Chourouk Hriech I Le Tramway prend l’art, Marseille

Pour cette nouvelle édition du Printemps de l’Art Contemporain 2015, Hydrib, plateforme dédiée aux arts visuels, a accompagné la mise en oeuvre et la production du travail de l’artiste franco-marocaine Chourouk Hriech auprès de l’association des commerçants du Centre Ville, Marseille Centre. Cette programmation s’inscrit à la fois au sein du Printemps de l’Art Contemporaine et au sein de l’opération Le Tramway prend l’art menée par Marseille Centre. Hydrib, plateforme dédiée aux arts visuels, produit également la performance “… le départ” de Chourouk Hriechau Musée Cantini pour le Printemps de l’Art Contemporain.

Artiste diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts de Lyon, Chourouk Hriech développe son travail essentiellement autour du dessin et de l’installation. Ces recherches se fondent sur une observation des paysages en mutation, une navigation à travers les mondes qui s’offrent à elle, autant d’espaces riches et divers pour ses « prélèvements graphiques ». Chourouk Hriech se présente souvent comme une conteuse de fables contemporaines, ou parfois comme une peintre qui dessine. »

“Sonetto per la via Roma” est un projet développé de par par l’éventail des possibles qu’offre l’histoire des lieux rencontrés en cette rue du centre-ville de Marseille.

Chourouk Hriech y traduit un paysage dessiné qui accompagne les bâtis, les temps passés, les fantasmes de l’inconnu tout en se saisissant de la fonction actuelle des lieux qu’elle évoque. Elle imagine un poème dessiné en quatre temps. Il résonne comme autant de terminaisons qui feront le corps et l’âme, unies autour d’une même base. Comme un arbre, des racines à sa cime en passant par ses branches, son feuillage et ses fruits.

En 2013, Lamia Berrada Berca écrivait que du travail de Chourouk Hriech « (…) ressort, brut, l’élan vital d’un monde traversé de flux et de résonances qui dessinent un univers imaginaire, mais parfaitement structuré. (…) Le dessin esquisse un monde en perpétuel mouvement qui décide de ses propres limites et les franchit à nouveau avec une formidable jouissance… (…) il s’organise volontairement autour de lignes de fuite pour dispenser la promesse de nouveaux horizons. » Elle ajoutait que Chourouk Hriech « écrit l’espace en même temps qu’il se découvre à lui, comme si chaque mur devenait la page blanche d’un nouveau livre d’histoires légendaires et merveilleuses à ouvrir. » Ce sont ces légendes imaginaires inspirées par des histoires réelles que Chourouk Hriech va délier au fil des murs de la rue de Rome.